La Terre dans 50 millions d'années

tERRE DANS 50 MILLIONS D4ANN2ES

© 2002-C.R.SCOTESE


Notre planète bleue est loin d'être statique. Comme nous l'avons vu précédemment, l'histoire de la Terre se caractérise par des cycles. Du point de vue de la dynamique du globe, les continents bougent, s'éloignent ou s'entrechoquent. Dans 50 millions d'années, leur répartition va être sensiblement différente de celle actuelle.

Il est difficile d'affirmer que la Terre vue du ciel présentera exactement ce faciès. Les scientifiques se basent sur l'histoire de la tectonique des plaques, de leur vitesse actuelle de progression pour élaborer cette carte.

Tout porte à croire que dans 50 millions d'années les océans Atlantique et Indien continuent à s'étendre de plus en plus, éloignant par la même occasion le continent américain de l'Europe et de l'Afrique. La mer Méditerranée se referme à cause de la remontée de la plaque africaine vers la plaque eurasienne. Ce jeu tectonique provoque une remontée de l'Angleterre vers le pôle Nord et une descente de la Sibérie vers des latitudes beaucoup plus tropicales.

La chaîne himalayenne va s'étendre de l'Espagne à l'Asie, en traversant de part en part l'Europe.

A noter l'apparition d'une zone de subduction (enfoncement de la plaque océanique sous la plaque continentale) au niveau de la côte est du continent américain. Malgré l'extension de l'océan atlantique au niveau de sa dorsale, il va à terme disparaître au niveau de cette zone de subduction.

 

La Terre dans 150 millions d'années

Terre dans 150 millions d'années

© 2002-C.R.SCOTESE


L'océan Atlantique continue inexorablement son enfoncement sous la plaque continentale américaine, ce qui provoque un rapprochement des continents américain et euro-africain. Nous pouvons constater que l'évolution tectonique de la Terre tend à la reformation d'un futur super continent comme la Pangée il y a 300 millions d'années.


L'océan indien se referme, lui aussi, car la croûte océanique disparaît dans la fosse centrale indienne. L'Australie entre en collision avec l'Antarctique qui amorce aussi une remontée vers le nord. Cela a pour conséquence de modifier le climat des continents. L'Antarctique devient une île chaude recouverte de forêts. De la collision naîtra une chaîne de montagnes dans le Bush australien.

Quant à l'Europe, elle est encastrée entre l'Afrique et l'Asie. Elle est soumise à de fortes pressions, ce qui provoque la création de nouvelles montagnes. En effet, les Pyrénées et les Alpes, totalement érodées, seront remplacées par de nouvelles chaînes montagneuses.

Sur le continent américain, le nord et le sud tendent à se séparer. L'Amérique du Sud se rapproche de l'Antarctique.

 

La Terre dans 250 millions d'années

© 2002-C.R.SCOTESE

Les scientifiques prédisent l'apparition d'un nouveau super continent, la Pangée ultime. Tous les continents se sont rapprochés pour former un seul bloc. L'Amérique du Nord est entrée en collision avec l'Afrique. Quant à l'Amérique du Sud, elle est entourée par l'extrême sud du continent africain. La Patagonie est en contact avec l'Indonésie.

Cette configuration provoque la fermeture définitive des océans Atlantique et Indien. Seul un petit océan de la taille de la mer Rouge va apparaître au niveau du rift est africain. L'océan Pacifique englobe tout ce super continent.

Le climat qui y règne est difficile à prévoir. Certains scientifiques estiment que les températures s'échelonneraient de 50°C le jour à -30°C le nuit. Sur les ¾ de la Pangée ultime, le climat serait essentiellement aride et désertique, seules quelques forêts pourraient poindre sur certaines côtes. Face à cette incertitude, il est difficile d'imaginer quelle vie serait susceptible de s'y développer.

 

Une disparition de la Terre annoncée

Agé de 4,5 milliards d'années, le Soleil est arrivé au tiers de sa vie. Les astrophysiciens prévoient sa mort dans 9 milliards d'années et ce n'est pas sans répercussion sur la Terre et la vie qu'elle héberge.

Géante rouge

 

Le diamètre du soleil va être 400 fois plus important que celui actuel. Photo © NASA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un astre qui s'effondre

Le soleil est une gigantesque boule de gaz qui fournit l'énergie indispensable à l'émergence et au maintien de la vie sur terre. Sans lui, nous ne serions pas là. L'astre de notre système solaire est loin d'être immobile. Cette gigantesque boule de gaz est dite en effondrement gravitationnel. Pour l'éviter, le soleil dégage de grosses quantités d'énergie émanant de la fusion thermonucléaire en son centre. A l'heure actuelle, les astrophysiciens disent qu'il est en équilibre, mais cela ne durera pas indéfiniment.

Cette sphère en fusion est composée d'hydrogène. En le fusionnant, elle génère de l'hélium. Cependant, le Soleil a d'ores et déjà consommé la moitié de ses réserves en hydrogène. Qu'adviendra-t-il quand il sera en rupture ? L'hélium va à son tour entrer en fusion sous la pression dégageant une énergie bien supérieure à celle résultant de la fusion de l'hydrogène. Résultat : les couches superficielles de l'astre vont grossir massivement et engloutir toutes les planètes sur son passage, à commencer par Mercure, la plus proche du soleil. Notre étoile est dite une géante rouge.

Dans 5 milliards d'années, le diamètre solaire sera 400 fois plus grand que celui actuel. La Terre sera alors happée par cette gigantesque géante rouge. Celle-ci explosera après avoir consommé tout son stock d'hélium. A noter que certains astrophysiciens sont beaucoup plus optimistes quant à l'avenir de la terre. Le Laboratoire d'astrophysique de Toulouse et de Tarbes a observé une exoplanète proche d'une géante rouge et elle n'a pas disparu. Certains y voient un scénario similaire pour notre planète en émettant l'hypothèse que la vie y serait impossible.

Système solaire

 

Le système solaire. Schéma © DR

 

Et la vie sur Terre ?

Les chercheurs prévoient deux phases : une bénéfique pour la vie et l'autre destructrice.
En entamant son effondrement, le Soleil va faire augmenter la température sur la Terre ce qui aura pour effet de faire fondre les glaces polaires et évaporer plus rapidement les océans. L'eau en suspension sous forme de vapeur va être plus importante et les précipitations aussi. En fait, le cocktail parfait pour faire exploser la végétation. Cette période faste ne devrait durer que quelques milliers d'années. C'est après que ça se gâte !

La température va progresser jusqu'à dépasser celle de viabilité des cellules eucaryotes (pourvues d'un noyau). Tous les êtres qui en sont constitués vont mourir. Ils seront suivis des procaryotes (êtres vivants dépourvus de noyau) à la disparition complète de l'eau liquide à la surface du globe. Rassurez-vous cette prévision réjouissante est estimée pour dans 5 milliards d'années.

L'homme dans tout ça ?

En voyant cet historique de l'avenir de notre belle planète bleue, il est normal de se demander ce qu'il va advenir de l'espèce humaine. Est-elle condamnée ? Tous les scientifiques ne sont pas tombés d'accord. Certains estiment que notre espèce ne survivra pas à ces énormes changements et ce bien avant le feu d'artifice final, d'autres, au contraire, se basent sur l'histoire de la civilisation humaine et pensent que notre espèce possède une grande capacité à s'adapter à ces bouleversements géologiques et climatiques.

D'ici la fin de la Terre, il y a fort à parier que notre espèce aura trouvé le moyen de la quitter pour une autre comme par exemple Mars ou Europe, le satellite de Jupiter qui est pour le moment recouvert de glace.

 

  Texte issu de http://www.journaldunet.com